Vivre avec le cancer

Posté le 20/12/2016: Comment j’ai su que j’étais malade et ou j’en suis.

Si il y a un truc qui guide ma vie depuis aussi longtemps que je me souvienne, c’est la musique et surtout le chant.
Grand mère qui vivait au canada était chanteuse de cabaret, elle m’a donnée mes premiers cours de chant. Naturellement je suis entrée dans la chorale de mon église, puis celle de mon collège et dans d’autres ensembles vocaux en tant que soprano.
Mais un jour ma voix est devenue plus enrouée. On a d’abord mis ça sur le dos d’une laryngite puis, voyant que ça ne passait pas, on a pensé que c’était due à des nodules, un problème qui arrive à beaucoup de chanteurs. Le surmenage des cordes vocales entraîne la formation de petites boules à leurs surfaces, ce qui modifie la voix. Un seule traitement, interdiction de parler pendant un long moment.
Mais dans mon cas il n’y a pas eu d’arrangements de la situation, ça a même empiré.
C’était le mercredi d’il y a deux semaines, dans l’après midi. Léon, mon petit ami et moi faisions des crêpes à la banane pendant que papa travaillait dans le salon. Au moment de faire sauter l’une d’elle J’eus une grosse quinte de toux. Une fois fini, ma main était couverte de sang.
Résultat :direction les urgences. Le diagnostique tomba : Cancer de la gorge.
« Ça valait le coup de se priver, moi qui ne fume quoi que ce soit, tabac ou autres…» C’est tout ce qui me vint en tête à ce moment la.
Je me suis mise à flipper quand j’ai vue la frayeur dans le regard de Maman qui nous avait rejoint. Elle est un pilier pour moi, une encre à la quelle, en temps normal je peux m’accrocher quand tout par à la dérive autour de moi mais cette foi si elle vacillait. Je ne l’avais jamais vue se laisser envahir par ses émotions auparavant.
Papa, lui était effondré, il avait perdu Grand papa d’un cancer des os quelques années plus tôt. Et Léon qui avait été blême en voyant ma main ensanglantée était sous le choc et restait sans bouger a bafouiller dans un coin de la pièce.
Sur le moment c’est ce qui m’a fait le plus de mal, et c’est toujours ce qui me blesse le plus.
Maman qui en tant que médecin, s’en veut de ne pas avoir pu me diagnostiquer, Papa qui crains de me perdre comme il a perdu son père et Léon qui est mort d’inquiétude, même si il fait tout pour le cacher tant bien que mal au jour le jour et jouer le mec confiant sur la suite des choses.
Mais ils sont là pour moi et je serai là pour eux aussi longtemps que je respirai.
Je ne sais pas toujours qui soutient qui mais, je sais que je ne traverserai pas cette épreuve toute seule et quoi qu’il arrive, je me battrai pour eux.
Sans compter que j’ai les meilleurs amies du monde, il y a deux heures elles sont venue m’apporter une Pizza d’anniversaire!
image2
Oui vous avez bien lu, une pizza! Le jour ou je me marierai, je veux un pizza à la place d’un pièce monté!
Je suis encore tout émue de leur passage.

Je vous aime !

Bref dans tout ça, ou j’en suis ?
Et bien on me bourre de médicaments. Je ne sais pas vraiment ce que j’avale mais ça me rend malade comme un chien, c’est à se demander si ce sont pas eux qui auront ma peau. ^.^’
A ce que j’ai cru comprendre, ils sont sensés réduire la tumeur (« tu meures » ils auraient pu trouver un nom qui fasse un peu moins froid dans le dos pour appeler ça!) pour ensuite pouvoir la retirer.
Si tout se passe bien, je passe Noël à la maison et mardi j’entre à la clinique ou ils vont me retirer une partie du larynx. Fini le chant, adieux ma voix. Je serai totalement muette. Je suis triste, mais il faut aller de l’avant et de toute façon, je n’ai pas vraiment le choix et il vaut mieux ça si c’est pour me débarrasser de cette saloperie! Enfin, il me restera toujours le violon.
Pour la suite je resterai sous médoc pendant un petit moment et j’aurai droit à une visite chez le médecin tout les mois pendant la première année pour voir si tout est fini ou si mon cancer réapparaît.
Rebelote l’année prochaine avec des rendez-vous plus espacés si tous se passe bien.
J’ai un peu la frousse pour l’opération, mais pour l’instant je tiens le coup.

2 réflexions au sujet de « Posté le 20/12/2016: Comment j’ai su que j’étais malade et ou j’en suis. »

  1. Ca me rend assez triste de voir que tu devra renoncer au chant, a cause d’un putain de cancer…

    Tu est magnifique et tu raconte ta petite vie sur internet et ta l’air d’avoir le sourrir malgré que tu devras rester muette..

    J’aime bien ton blog ou tu montre ta bonne humeur et ta joie de vivre, je te souhaite tout le bonheur que tu désires et courage pour ton operation et bonne continuation a toi Margot ^^

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s